Accueil Football Barcelone contre. Galatasaray : Patrick van Aanholt dit que « les attentes...

Barcelone contre. Galatasaray : Patrick van Aanholt dit que « les attentes sont élevées » malgré le tirage difficile de la Ligue Europa

62
0

Avant même le tirage au sort, Patrick van Aanholt avait une idée de ce que les huitièmes de finale de la Ligue Europa pourraient lui réserver, ainsi qu’à ses coéquipiers de Galatasaray. « J’avais le sentiment que nous allions avoir Barcelone avant le tirage au sort », dit-il. « Le matin, j’ai dit aux gars que ce serait soit Barcelone, soit Séville. »

Peut-être Van Aanholt sentait-il qu’il était destiné à retrouver l’équipe qu’il avait suivie de loin en grandissant à ‘s-Hertogenbosch. Enfant, il a été captivé par le contingent brésilien de Barcelone. Les goûts de Ronaldo, Rivaldo et Ronaldinho se sont profondément ancrés dans un footballeur qui n’a jamais eu peur de montrer un peu de flair, même en tant qu’arrière gauche.

Il aura désormais la chance de réaliser l’une des grandes aspirations de tout footballeur, notamment un fan de Barcelone pendant son enfance. Ce sera « un rêve devenu réalité » d’aller sur le terrain au Camp Nou, mais les ambitions de Van Aanholt ne s’arrêteront pas au coup d’envoi. Galatasaray se rend en Catalogne avec des projets de victoire sur les favoris de la Ligue Europa. Leur ambition ne s’arrête pas là.

« Nous avons fait match nul contre Barcelone et j’étais content. Pour être juste, vous voulez affronter les meilleurs », déclare l’international néerlandais. « Oui, ils ont perdu [Lionel] Messi et bien sûr ils ne font pas le meilleur de la ligue cette année mais je pense qu’ils se sont retrouvés en forme avec le nouveau manager [Xavi]. Cela va être difficile pour nous, mais nos attentes sont élevées et nous avons bien joué en Europe. Ce sera un match difficile mais aussi un bon match.

« Avec tout le respect que je dois à toutes les équipes, je pense que nous sommes capables de battre n’importe qui aujourd’hui. Nous avons une très bonne équipe et nous l’avons prouvé lors de la phase de groupes de la Ligue Europa. Nous avons confiance en nos coéquipiers, nous ‘ Je vais y aller pour faire un spectacle. »

Il n’y a pas de petite symétrie entre les saisons de ces deux géants de leurs matchs nationaux. Les deux ont eu du mal à être à la hauteur des normes rigoureuses de leurs supporters, les aspirations au titre se sont depuis longtemps estompées au cours des saisons qui les ont vus abandonner les managers avec lesquels ils ont commencé la campagne, les remplaçant par des personnalités clés de l’époque de Pep Guardiola au Camp Nou. Ce sera toute une rencontre jeudi soir lorsque Xavi, le battement de cœur sur le terrain de la grande équipe barcelonaise de la fin des années 2000 et du début des années 2010, rencontrera Domenec Torrent, assistant du club entre 2008 et 2012.

Lire aussi:  Ligue des champions de l'UEFA : contrôle de la superstar du PSG à mi-saison, qui sont les succès et qui pourraient finir par échouer ?

Depuis qu’il a succédé à la légende du club Fatih Terim en janvier, Torrent n’a pas entièrement redressé la chute qui a envoyé Galatasaray à la 12e place de la Super Lig, une perspective impensable pour l’équipe la plus titrée de Turquie. Ils n’ont jamais terminé une saison dans une position aussi basse, seulement une fois qu’ils ont été en dehors de la moitié supérieure. Leur forme s’est améliorée ces dernières semaines, Van Aanholt a marqué un doublé lors d’une victoire 4-2 contre Caykur Rizespor, mais la constance échappe à Gala, qui a perdu 2-0 à la deuxième place de Konyaspor ce week-end.

Pourtant, l’impact de Torrent n’est pas passé inaperçu auprès de ses joueurs. « Il est venu et a changé la façon de s’entraîner, l’intensité de l’entraînement a augmenté », a déclaré Van Aanholt à CBS Sports. « Je pensais que nous n’étions pas assez en forme, que nous n’avions pas beaucoup couru. Il est difficile de dire qu’il est meilleur que l’autre manager car ce sont deux personnes différentes.

« J’avais une excellente relation avec Fatih Terim, c’est la raison pour laquelle je suis venu à Galatasaray. D’un autre côté, Dominic Torrent est un manager expert. Il a été dans le jeu. Il a été l’assistant de Pep Guardiola. Il a sa façon de jouer C’est ce que nous essayons de faire maintenant, jouer comme il veut que l’équipe joue. »

Barcelone ferait bien de ne pas sous-estimer Galatasaray, malgré toutes ses difficultés dans le championnat turc. Après tout, note Van Aanholt, ils ne faisaient pas partie des favoris pour s’échapper d’un quatuor en Ligue Europa composé de Lazio, Marseille et Lokomotiv Moscou. Certes, peu se seraient attendus à ce qu’ils gardent des draps propres dans tous leurs matchs à l’extérieur, remportant la moitié de leurs matchs et tirant le reste sur leur chemin vers la première place du groupe E.

Lire aussi:  Juve contre. Score de la Fiorentina: mises à jour en direct, faits saillants de la demi-finale de la Coppa Italia au stade Allianz

« En Super Lig, ils veulent tous battre les meilleurs, ils veulent tous battre Galatasaray », explique Van Aanholt. « Regardez la taille de notre club, la taille de notre histoire, et ils veulent tous nous battre.

« En Europa League, nous ne sommes pas le plus grand club, Barcelone, Naples [who were knocked out by Xavi’s side], tous ces clubs sont plus les favoris sur le papier, les chances sont contre nous. Mais comme je l’ai dit, de nos jours, nous pouvons battre n’importe qui. »

Si Van Aanholt semble optimiste face à des probabilités aussi longues, ce n’est pas une surprise. Après tout, l’un de ses coéquipiers vient de réaliser quelque chose de beaucoup plus improbable. Le soir du Nouvel An 2020, un feu d’artifice avait explosé au visage d’Omar Elabdellaoui, le laissant cliniquement aveugle d’un œil. Il n’y avait aucune garantie qu’il retrouverait la vue, et encore moins qu’il rejouerait au football. Pourtant, après 11 opérations chirurgicales, il était un peu plus d’un an plus tard, jouant les 90 minutes complètes dans une victoire cruciale sur Gotzpe.

Autrefois son rival lorsqu’il était à l’académie de Chelsea et Elabdellaoui à celui de Manchester City, Van Aanholt peut difficilement contenir sa joie d’être réuni sur le terrain avec l’Egyptien : « Quand il a joué son premier match, je lui ai dit ‘frère, vas-y à fond Si tu es fatigué, tu es fatigué, mais assure-toi de tout laisser sur le terrain, tu sais, parce que c’est pour ça que tu es revenu, pour montrer à tout le monde que tu peux le faire. Et je pense qu’il l’a fait. Il a fait les 90 minutes complètes. Après je pense qu’il a éclaté en sanglots. Nous étions si fiers de lui.

« Rien n’est impossible. Je l’ai prouvé. » Certes, le retour remarqué d’Elabdellaoui sur le terrain met en perspective une campagne en Ligue Europa. De même, dans un monde où un joueur peut passer d’un incident qui a changé sa vie à un retour au football en si peu de temps, Galatasaray renversant des chances bien plus faibles de battre Barcelone ne semble pas si incroyable.

Article précédentL’explosion de 50 points de Kyrie Irving rappelle à tout le monde ce qu’il peut faire, fait passer les filets au-dessus de 0,500
Article suivantLes entraîneurs des Lakers ont fait pression pour le commerce de Russell Westbrook à la date limite, selon le rapport