Basket Euroleague Panathinaikos-Virtus Bologna 90-76 : Les Noirs s’effondrent dans les 7 dernières minutes

Déployer Replier le sommaire

La Virtus de Banchi est passée proche de l'exploit : menant 67-62 avec 7 minutes à jouer, l'équipe a subi un partiel de 20-3 en 4 minutes, et a finalement été éliminée de la partie.

La Virtus s'éteint au meilleur moment, tombant dans son troisième échec de la saison en Euroleague à domicile face à un Panathinaikos qui, au contraire, s'est réveillé dans les 7 dernières minutes, plaçant un partiel terrifiant de 28-9 avec lequel il a renversé l'inertie d'un match qui semblait déjà en route vers .

Une Virtus applaudie pendant trois quarts, portée par l'excellence de Belinelli

La Virtus a fait preuve d'une grande habileté pour remettre les choses en ordre après avoir souffert un peu dans les premières phases du match, recousant le -6 avec lequel elle était entrée à la mi-temps sur le premier coup de sifflet. La Virtus s'est surtout appuyée sur les bombes de Belinelli (5 au total dans la soirée) et sur les jeux en zone de Shengelia, toujours difficile à contenir pour la défense obstinée des verts (il finira avec 7/11 à deux, bien qu'il ait également eu beaucoup de mal à trouver des espaces dans le dernier quart-temps).

Fin cauchemardesque : Lessort ouvre des gouffres au cœur de la défense

C'est précisément ce dernier qui a conduit ses coéquipiers vers la remontée : après que Grigonis et Mitoglu aient atteint le score de 67, Lessort a ouvert la voie à la victoire des hôtes avec une série de 6 points consécutifs, exploitant un 13-0 partiel conclu par l'arrêt et le tir de Sloukas qui a effectivement baissé le rideau avec 5 minutes à l'horloge.

La Virtus paie le prix de la fatigue, ne trouve plus de fluidité en attaque et subit des points trop faciles en transition. Belinelli se prend un sifflet douteux et même un technique, sortant pour fautes à 4 minutes de la fin, et ainsi la tâche est devenue trop facile pour le Pana, qui dans la furie de l'Oaka Arena a enfilé sa troisième victoire consécutive, revenant à un bilan positif (5 victoires et 4 défaites) et rappelant à Bologne combien le jeu est dur lorsque le niveau monte sensiblement.

Mitoglu termine avec 24 points et 10 rebonds, Lessort avec 10 (dont 8 dans le dernier quart-temps) et 9 rebonds, tandis que chez Virtus, c'est Shengelia qui enregistre un double-double avec 17 points et 11 rebonds, sans pour autant réussir à peser dans le moment décisif. Une défaite à accueillir sans drame, bien que pendant 33 minutes, Bologne n'a pas seulement été en jeu, mais aussi en tête, faisant courir plus d'un frisson au public (toujours monumental) athénien.

Leçons apprises de la défaite

Cette défaite peut être perçue comme une leçon d'humilité pour la Virtus, leur rappelant que malgré leur talent et leur détermination, la victoire n'est jamais garantie en Euroleague. Cependant, l'équipe a montré une résilience impressionnante tout au long du match, ne lâchant jamais prise même face à l'adversité. Il est clair que la Virtus a le potentiel de rebondir après cette défaite et de revenir plus forte. À présent, l'équipe doit se concentrer sur les prochains défis et continuer à se battre pour chaque victoire.

4.7/5 - (6 votes)

En tant que jeune média indépendant, Culture Sport a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News