Breaking News

Éliminatoires de la Coupe du monde 2022 : champions du monde cherchent électrochoc

Face à l’Ukraine, samedi, l’équipe de France a concédé un cinquième match nul d’affilée. Depuis la rencontre face à la Hongrie lors de l’Euro, les Bleus sont à la recherche de ce qui faisait leur force par le passé.

Face à l’Ukraine (1-1), samedi 4 septembre, Didier Deschamps en aura fait de la marche pendant les 90 minutes de la rencontre. Il faut dire que le patron de l’équipe de France avait la matière pour avec les zones techniques immenses, en raison de la piste d’athlétisme qui entoure la pelouse du stade olympique de Kiev. Il fallait ainsi le voir se creuser la tête pour tenter de trouver des solutions à un problème auquel il n’avait été confronté qu’une fois en neuf ans de mandat à la tête des Bleus : comment mettre fin à une série de cinq matchs sans victoire ?

Depuis la rencontre contre la Hongrie à l’Euro (1-1), le 19 juin, l’équipe de France ne perd pas mais enchaîne les nuls. Cinq en cinq matchs, preuve que les Bleus ne savent plus gagner. Paradoxal pour une équipe championne du monde à qui l’on prêtait les plus belles intentions avant le début de l’Euro, notamment grâce à son trio magique Griezmann-Benzema-Mbappé. Force est de constater, à l’issue de ces cinq contre-performances et des deux nuls contre l’Ukraine et la Bosnie (1-1), que l’équipe de France n’y arrive plus. En 4-3-3, en 4-4-2, avec ou sans Mbappé, rien n’y fait. En conférence de presse samedi soir, dans les coursives du stade olympique de Kiev, Deschamps tentait de dédramatiser les choses : « La situation n’est pas plus mauvaise qu’avant le match. Elle est même fondamentalement meilleure puisqu’on compte un point en plus. »

Certes, l’équipe de France compte quatre points d’avance sur la Finlande et l’Ukraine dans le groupe D et est bien partie pour se qualifier pour la Coupe du monde 2022. Mais les propos du sélectionneur laissaient transpirer une frustration, celle de ne pas réussir à trouver la clé. « Les événements ne sont pas favorables, ça peut arriver dans certaines périodes, poursuivait ainsi Deschamps. L’essentiel, c’est de ne pas renoncer, bien au contraire. » La réalité, c’est que les joueurs de l’équipe de France n’ont pas l’habitude d’enchaîner autant de matchs en sélection sans gagner. C’est à Munich, le 15 juin face à l’Allemagne (1-0), qu’ils ont semblé perdre la recette. Aujourd’hui, ils rencontrent les plus grandes peines à la retrouver. Face à l’Ukraine samedi soir, les Bleus ont eu la maîtrise du ballon mais sans ligne directrice en attaque ce qui les caractérise dans cette période sombre.

« On doit faire plus par rapport à ce que nos adversaires nous proposent. Ça passe par davantage d’intensité, autant défensive qu’offensive », insistait encore Deschamps après la rencontre. Faire plus et dès le début du match, plutôt que d’être à réaction comme lors des cinq derniers rendez-vous des Bleus. Face au constat que quelque chose semble bloqué depuis l’Euro, les Tricolores attendent donc l’électrochoc qui les libérera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *