Breaking News

24 Heures du Mans : quatre choses à savoir sur l’Hypercar, la nouvelle catégorie qui révolutionne l’endurance

Les nouveaux bolides se frottent au mythique circuit sarthois ce week-end et doivent surtout permettre de relancer le championnat du monde d’endurance (WEC) en attirant des grands constructeurs qui avaient tourné le dos à la discipline.

Son nom clinquant n’a d’égal que sa mission : sauver l’endurance automobile. La nouvelle catégorie Hypercar se mesure pour la première fois aux 24 Heures du Mans, à partir de samedi 21 août (16 heures). Elle promet surtout des lendemains qui chantent avec le retour de grands noms de l’automobile, éloignés de la Sarthe comme Peugeot, qui sera là en 2022, Ferrari, Porsche, Audi ou encore BMW. Une brochette de nouveaux concurrents pour disputer la victoire à Toyota d’ici un à deux ans. Franceinfo: sport vous résume ce qu’il faut savoir sur cette révolution.

Moins légères, moins rapides et moins chères, voici les Hypercars. Annoncée en 2019, la nouvelle catégorie reine devait séduire à tout prix dans un championnat du monde d’endurance (WEC) qui avait vu ses forces vives s’éteindre peu à peu pour laisser Toyota seul face à des teams privés valeureux mais limités. Exit donc les LMP1 (Le Mans Prototype), séduisants mais au coût faramineux et à la fenêtre d’exploitation limitée. Restait toutefois à trouver un bon compromis pour attirer les constructeurs de grande envergure dans un projet peu onéreux, qui puisse leur permettre de courir aussi bien en WEC qu’en IMSA (le championnat nord-américain). Ce jeu de ping-pong entre Le Mans et Daytona a donc donné naissance à la catégorie Hypercar, où deux types de voitures pourront s’affronter d’égal à égal.

Partir d’une feuille blanche ou disposer d’un châssis proto clé en main, c’est le choix donné aux constructeurs. Dans la catégorie Hypercar cohabiteront à partir de 2023 des LMH (Le Mans Hypercar) et des LMDh (Le Mans Daytona h). Les premières, option choisie par Toyota, Peugeot et Ferrari, sont conçues entièrement par la marque avec un châssis propre, une carrosserie libre ou s’inspirant d’un modèle d’hypercar routière commercialisé avec une motorisation hybride ou non. Ces LMH, comme la Toyota GR010 Hybrid ou la Glickenhaus 007, sont celles que l’on peut voir au Mans dès cette année. Peugeot a déjà présenté sa décoiffante 9X8 en juillet dernier et sera en lice aux 24 Heures en 2022.